Accueil > L’Association au5v > Les Antennes Locales > ABC Vélo : Agglomération du Bassin Creillois

Coup d’arret pour la vélo école de l’agglo de Creil

publié le : 3 août.

6 sessions d’apprentissage de la mobilité à vélo étaient prévues dans des quartiers différents, soit 90 séances d’apprentissage de la mobilité à vélo qui devaient bénéficier à 48 stagiaires des quartiers prioritaires de l’agglomération de Creil. L’État, en supprimant la subvention qui permettait la réalisation de cette action par l’AU5V marque un net coup d’arrêt à la vélo-école.

La première session s’est déroulée en juillet, au centre social Georges Brassens sur le plateau Rouher à Creil, la deuxième devait commencer lundi prochain au centre Hubert d’Hoker de Montataire mais malheureusement nous devons tout arrêter, alors que les candidats sont inscrits, que le centre social s’y était préparé, qu’une camionnette a été réservée pour affrèter les vélos et que le planning de notre éducateur mobilité à vélo a été engagé. Des sessions à Nogent sur Oise, et Villers Saint Paul étaient également programmées.

La participation de l’Etat supprimée :
Le 31 juillet, nous avons été averti par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale de l’Oise que la subvention de 5000€ qui était prévue pour la vélo-école a été supprimée suite aux contraintes budgétaires annoncées au niveau national. Il ne reste que les 2000 € versés par l’ACSO (l’agglomération de Creil Sud Oise) qui financent la première session, mais ne permettent pas d’engager la deuxième en entier. S’il nous reste de l’argent sur cette action, nous le rembourserons à l’ACSO.

Une coupe brutale et injuste :
Nous ne pouvons que regretter cette coupe drastique, brutale et inattendue qui survient au beau milieu de l’été. Dans le journal « Le Monde 1 », on peut lire que le ministère de la cohésion sociale annonce « les annulations porteront sur des projets non engagés et ce sont les préfets qui procéderont opération par opération pour éviter de pénaliser les dossiers les plus porteurs d’enjeux » mais c’est surtout les associations qui pour diverses raison administratives n’avaient pas terminées tout le parcours administratif. Pour l’AU5V, nous étions en train de changer l’adresse attachée à notre numéro de SIRET renvoyés entre l’INSEE et l’URSAAF, faut de maitrise complète des arcanes de l’administration. Confiants dans la parole donnée, nous avions d’ores et déjà plannifié les sessions et les rendez vous, nous ne pouvions attendre septembre et la réception des fonds pour démarrer ce projet.

Les grands perdants :
Les plus pénalisés sont néanmoins les élèves qui espéraient à la rentrée être autonomes pour se déplacer, sans dépendre de la voiture d’un ami, d’un mari ni des transports en commun. Pour certaines femmes c’était aussi la possibilité de se rendre sur un lieu de travail et pour d’autres l’occasion d’accompagner leurs enfants dans des sorties récréatives qui permettent de lutter contre l’isolement et la sédentarité. Dans son rapport statistique 2015, le Secours Catholique pointe la "fracture mobilité" et souligne que les difficultés d’accès à la mobilité sont un frein à l’emploi.

Une deuxième épreuve pour l’AU5V :
Cette coupure de budget intervient au moment où la procédure de licenciement est engagée pour l’animatrice que nous partageons avec l’AF3V, suite à la suppression de la subvention AF3V par le précédent gouvernement en décembre dernier (sans prévenir, idem)

Notre communiqué :

PDF - 305 ko
Communiqué de presse : coup d’arret pour la velo ecole