Accueil > Les projets régionaux et locaux

La Trans’Oise en panne

publié le : 26 octobre 2015.

La Trans Oise, un projet porté par le Conseil Général de l’Oise et qui devait offrir 240 km de voies destinées à tous les modes de déplacements non motorisés et relier les principales villes du département de l’Oise, est suspendu pour au moins 3 ans.

Initiée en 2006 , il y a presque 10 ans, la Trans’Oise est un projet de voie verte qui devait offrir 240 km de voies destinées à tous les modes de déplacements non motorisés (cyclistes, piétons, rollers et personnes à mobilité réduite) et relier les principales villes du département de l’Oise : Beauvais, Clermont, Creil, Chantilly, Senlis, Compiègne et Noyon. L’Avenue Verte Londres-Paris et l’EuroVelo 3 en font parties,

Le calendrier initial publié en 2010 sur notre site était le suivant :
Calendrier de la Trans'Oise en 2006

En décembre 2014, il y a presque un an, Yves Rome, tout sourire inaugurait le centième kilomètre : soit 12 km réalisés par an depuis 2006 (1 km par mois qui nous amenait en 2026 pour atteindre les 240 km). Le nouveau Conseil Départemental de l’Oise, a changé ces priorités et suspendu ce projet -en prétextant l’état des finances du département- pour au moins 3 ans, ce qui repousse la fin de la Trans’Oise pour 2029, dans 15 ans !

Pourtant, dans le discours de Madame Brigitte LEFEBVRE, la Présidente de Oise Tourisme à l’occasion de la Fête des Voies Vertes le 27 septembre 2015 à La Chapelle-aux-Pots, l’enthousiasme était là :
« La voie verte entre Beauvais et Ferrières-en-Bray (26.5 km en site propre) est ouverte depuis la fin mai, elle semble déjà devenue incontournable - autant pour les habitants du pays que pour les touristes - 30% des visiteurs ayant franchi la porte de l’office de tourisme du Pays de Bray et Oise Tourisme en 2015 étaient à vélo (73% d’étrangers –Anglais, italiens et belges) » - cette voie verte est sur la voie Londres-Paris - « A peine 4 mois et près de 60 000 personnes ont déjà empruntées tout ou partie de cette voie verte (78% à vélo) ! », oui 60 000 personnes soit 500 personnes par jour, 400 vélos par jour.

Oui, en cette année où la France accueille la COP21, l’AU5V trouve que cet arbitrage est un peu anachronique, que les déplacements non polluants devraient être encouragés. La réalisation de la Trans Oise est à la fois un outil pour le développement économique et touristique du département et de la région -comme le prouve le succès de la voie verte du Pays de Bray- mais aussi un outil au service des Isariens pour se rendre à leur travail, pour leurs loisirs et pour leur vie quotidienne. Nous sommes convaincus que rénover des routes départementales pour que des véhicules polluants y roulent plus vite et plus nombreux n’est pas la bonne solution face aux défis du XXIème siècle.

Nous comprenons que l’endettement n’est pas une solution pour financer des projets qui ne rapportent rien. Mais nous parlons ici de projets d’avenir, ayant un vrai potentiel économique et de développement durable. Oui la Trans Oise doit exister, elle doit même se développer au delà de son tracé de 2006, même s’il nous semble nécessaire de rediscuter de la pertinence certains tronçons envisagés.

L’AU5V va donc demander a rencontrer les élus en charge de ces questions au Département, afin de lui faire part de ses propositions.

Article du journal Le Parisien du 23/9/2015 Trans’Oise : les 140 km restants de la voie verte devront attendre

Article du journal Le Parisien le 20 avril 2016 : Lachappelle-aux-pots - un restaurant en projet sur la Trans’Oise.