Accueil > L’Association au5v > Les Antennes Locales > Vive le vélo à Compiègne

Le PLUi dans l’agglomération de Compiègne

publié le : 7 décembre 2015.

L’aspect vélo du PLU intercommunal

L’AU5V a assisté le 27 novembre 2015 à la réunion "Vallée Urbaine" dans la salle Saint-Nicolas à Compiègne.
Le président de l’ARC a présenté la notion de P.L.U.i. (Plan Local d’Urbanisme intercommunal) : le PLU de chaque commune reste d’actualité, le PLUi a pour vocation de les harmoniser et d’assurer une certaine cohérence intercommunale.

L’AU5V est intervenue pour demander la position de cette collectivité par rapport aux aménagements cyclables. Le président Philippe MARINI a rappelé le coût important des infrastructures cyclables et la dangerosité des doubles sens cyclables, ajoutant que les moyens financiers étaient maigres ces derniers temps.

Et des propos dont le sens est : "il ne faut pas être naïf, nous n’appliquerons pas de politique vélo punitive pour la voiture comme Anne Hidalgo" et "il faut bien que les marchands de voitures puissent en vendre".
Les choses ont le mérite d’être claires.

Bernard HELLAL a parlé d’un projet de création d’une piste cyclable sur l’avenue Octave Butin avec une prolongation vers les Hauts de Margny. Est-ce un projet qu’il a improvisé durant la réunion ?

Précisons que la dangerosité des double-sens cyclables n’existe que dans l’esprit de certains élus de l’ARC, pas dans la réalité.
les villes qui en sont équipées montrent qu’il ne modifie pas l’accidentologie.

Les infrastructures cyclables sont pourtant les moins chères des moyens de transport comparées aux autres et sont rentabilisées entre 2 et 5 ans.

La rentabilité du vélo n’est plus à démontrer :
« 30% des visiteurs ayant franchi la porte de l’office de tourisme du Pays de Bray et Oise Tourisme en 2015 étaient à vélo (73% d’étrangers –Anglais, italiens et belges) A peine 4 mois et près de 60 000 personnes ont déjà empruntées tout ou partie de cette voie verte (78% à vélo) ! », oui 60 000 personnes soit 500 personnes par jour, 400 vélos par jour. »

Plusieurs personnes dans l’assistance des réunions du 14 et du 15 décembre (Lacroix-Saint-Ouen et Le Meux) ont insisté sur la nécessité d’améliorer les infrastructures cyclables, le vélo pouvant remplacer la voiture lors des trajets courts pour diminuer les émissions de CO2.

Voir en ligne : Site de l’agglomération de Compiègne

P.-S.

En cette époque de COP21, la mobilité décarbonnée ne devrait-elle pas être privilégiée ?