Avec CyclotransEurope, l’AU5V a contribué à l’enquête publique concernant le projet de canal Seine-Nord-Europe (CSNE) Ce gros projet d’infrastructure doit prendre en compte les piétons et les cyclistes

, par  Thierry Roch , mis a jour le lundi 28 décembre 2020

Avec CyclotransEurope, l’AU5V a contribué à l’enquête publique concernant le Canal Seine-Nord-Europe, notamment le secteur 1 afin de demander des améliorations des aménagements prévus en faveur des cyclistes. L’Eurovelo 3 va emprunter certains chemins de halage qui seront aménagés à l’occasion de la création de ce canal.

Retrouvez ici notre contribution déposée le 12 novembre :

Projet canal Seine-Nord-Europe secteur 1

Le dossier d’enquête publique concernant le projet de canal Seine-Nord-Europe (secteur 1) ignore les modes actifs (marche à pied, vélo, ...) et ne formule aucune proposition pour en développer l’usage. Cet oubli est en contradiction avec les objectifs affichés par l’Etat en matière de politique cyclable et, notamment, la toute récente loi d’orientation des mobilités (Article L 4311-2 modifié par la LOM).
Or, les chemins de halage sont devenus, dans tous les pays européens, de nouveaux itinéraires pour les cyclistes et les promeneurs. Ils offrent des parcours agréables et sécurisés favorisant les modes actifs non polluants, sans émission de gaz à effet de serre. Ils profitent aux populations qui peuvent aussi bénéficier d’un environnement calme et pratiquer une activité physique.
Si le rétablissement de 71 ponts routiers est prévu, il n’y a aucune mention concernant les mobilités actives. Le dossier se contente de faire état de façon sommaire des itinéraires pédestres et cyclables existants.
La place des mobilités actives doit être prise en compte tant en ce qui concerne le linéaire du canal SNE que pour les accès route/canal ainsi que lors des rétablissements routiers.

L’objectif de permettre aux piétons et cyclistes de traverser le canal au niveau des écluses (comme cela se pratique en Belgique) doit être inscrit. Les solutions techniques existent.
Un chemin de service de 6 m de large est prévu. Celui-ci doit être transformé en voie verte sur une moitié de sa largeur (3m) ou sur toute sa largeur et être alors accessible aux véhicules de service de VNF. Cette voie verte doit être roulante sur toute sa longueur, sans interruption herbeuse. Sa continuité doit être assurée sur tout le linéaire du canal SNE. L’examen du dossier (atlas A2 page 23 à 28) montre au contraire des coupures importantes.
Cette continuité est d’autant plus importante que le conseil départemental de l’Oise nous a fait part, à plusieurs reprises, de son intention d’y faire passer l’EuroVéloroute 3. Cet itinéraire européen relie Trondheim (Norvège) à Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne). Ce grand axe touristique international doit bénéficier d’une infrastructure de qualité.
Les accès aux nouveaux ponts routiers ainsi que leur emprunt à pied et à vélo ne sont pas précisés dans le dossier d’enquête. Des pistes cyclables doivent être implantées afin d’assurer la sécurité des usagers non motorisés.
Les travaux vont provoquer des interruptions des itinéraires tant pour les randonneurs pédestres que pour les cyclistes. Celles-ci sont particulièrement gênantes, bien plus qu’en véhicules motorisés. Le dossier n‘en dit pas un mot. Des solutions évitant les grands détours devront être proposées.
La création de l’écluse de Montmacq, compte tenu de son importance, implique que sa traversée –tout comme son croisement– soit détaillée, ce qui n’est pas le cas.

Accès au canal SNE à Choisy-au-Bac
Il est nécessaire de permettre aux piétons et cyclistes d’accéder au début du canal SNE (rive sud) à Choisy-au-Bac en provenance de Compiègne en l’absence de passerelle au-dessus de l’Aisne.
Fin du canal
Il est nécessaire de prévoir la continuité de la voie verte du canal SNE à Pont-l’Evêque.
Clairoix-Janville
Il est nécessaire de maintenir la continuité du chemin de halage en rive droite du canal latéral à l’Oise, notamment du pont au-dessus de l’Aronde et d’améliorer sa qualité. Si cette solution n’est pas envisageable, un rétablissement de l’itinéraire doit être réalisé à proximité, au même titre que les rétablissements routiers.
Canal latéral à l’Oise de l’écluse Janville à celle de Belleville
La réalisation du canal SNE aura un impact sur le canal latéral à l’Oise et, de ce fait, mérite d’être intégré au projet au même titre que les effets sur l’environnement. Le renvoi après la mise en service ne nous semble pas une démarche à retenir . Le devenir de cette section patrimoniale doit être étudiée dès maintenant.
En conclusion
Nous souhaitons donc que le rapport d’enquête émette des réserves sur l’absence de prise en compte des mobilités actives et sur la nécessité de compléter l’étude d’impact afin qu’elles apportent des améliorations en vue de leur développement, conformément à la Loi d’Orientations des Mobilités.

Mise à jour du 28/12/2020 : Retrouvez les réponses apportées à notre contribution

Rapport Enquête public CSNE - extrait

L’infographie est tirée de l’article du Parisien : Inondations, bruits, pêche… ces interrogations qui subsistent autour du canal Seine Nord