La Plaine d’Estrées engagée pour les mobilités, un exemple d’engagement d’une communauté de Communes

, par  sophie

La prise de compétences mobilités par les Com-Com : Un pas en avant pour les mobilités actives.
Entretien avec Sophie Mercier, Présidente de la Communauté de Communes de la Plaine d’Estrées et Tanneguy DESPLANQUES, Conseiller délégué à la mobilité répondent à nos questions

En 2019 et 2020 on a beaucoup parlé dans la presse des initiatives de la Communauté de Communes de la Plaine d’Estrées en faveur des mobilités actives telles que le vélo : aides à l’achat, location de VAE longue durée, aménagements cyclables ... Pouvez vous nous les rappeler ?

  • Aide à l’achat pour les vélos à assistance électrique et les vélos cargos (jusqu’à 250€ pour un vélo électrique et 400€ pour un vélo cargo)
  • Mise à disposition de vélos à assistance électrique en location longue durée : vélos individuels 55€/mois et vélos cargos 70€/mois. La location comprend le vélo, les accessoires de sécurité, une assurance, et l’entretien préventif réalisé par un professionnel.
  • Lancement d’un marché pour installer 7 stations de vélos électriques en libre-service, qui seront déployées sur le territoire en trois ans. Les premières stations seront ouvertes au premier semestre 2021. Elles seront installées au niveau des gares et des zones d’activité économiques.
  • L’étude pour finir la voie verte entre Estrées-Saint-Denis et Rémy a commencé, ainsi que des marchés d’aménagement des voies vertes actuelles pour améliorer le mobilier et les installations existantes.
  • La Communauté de Communes a fait l’acquisition de vélos à assistance électrique pour sensibiliser les agents à la mobilité active. 2 vélos sont destinés aux déplacements de service (réunions, visite de terrain en journée…). 8 vélos sont dédiés à l’expérimentation de vélos de fonction. De ce fait, l’utilisation de la voiture par ces personnes a significativement diminué. L’exemplarité était recherchée.

1. Qu’est ce qui a motivé la communauté de communes à lancer ces initiatives ?

Quel a été le déclencheur pour le plan de mobilité rural et les différentes initiatives
La conviction que les progrès en matière de mobilité sobre en énergie peuvent s’appuyer sur l’usage du vélo électrique, dans un contexte où une part importante des déplacements à l’intérieur de la CCPE sont de courte distance. Le vélo électrique paraît plus adapté qu’un vélo classique en milieu campagnard et des ondulations de terrain qui peuvent être décourageantes pour les personnes peu sportives.
Ces initiatives sont mises en place dans le cadre d’une réflexion globale lors de la prise de compétence mobilité en 2017 qui a été suivie de l’élaboration d’un Plan de Mobilité Rurale. Il est issu d’une analyse des flux de déplacements, des besoins et des usages des habitants / entreprises locales. Les projets en faveur des mobilités actives sont développés en cohérence avec d’autres projets qui visent à limiter l’usage de la voiture individuelle et l’autosolisme (schéma d’aires de covoiturage, mise en place de Rezo Pouce…)

2. Quels sont les retours des habitants ?

Pour l’aide à l’achat des vélos électriques, l’opération a été réussie avec 82 vélos subventionnés, ceci dans un contexte de crise Covid qui complique pas mal les choses, mais favorise aussi l’usage du vélo.
Le service de location longue durée est fortement plébiscité par les usagers. Ils apprécient le fait de pouvoir tester un vélo électrique au quotidien, qui change de l’essai en magasin.
Les usagers qui contactent le service mobilité sont contents de voir des actions être mises en place sur la thématique du vélo, et sont demandeurs d’installations facilitant l’usage du vélo (places de stationnement permettant une bonne sécurisation des vélos, développement des voies vertes…)

3. Selon vous quelles sont les actions qui ont le plus d’impact, quelles sont celles qui ont été le plus difficiles à mettre en œuvre ?

Beaucoup d’actions n’en sont qu’à leurs débuts, donc il est difficile de faire un véritable bilan. Cependant, on voit que l’aide à l’achat pour les vélos a eu beaucoup d’impact. La mise en place des stations de vélos en libre-service est plus difficile car il faut trouver du foncier disponible à un endroit adapté pour les cyclistes.

4. Quels conseils donneriez-vous à une communauté de communes telle que la vôtre pour l’encourager à lancer des initiatives en faveur du vélo ?

Prendre la compétence mobilités, même en zone rurale, et promouvoir le développement des pistes cyclables ainsi que l’acquisition de vélos.
Définir un Plan de mobilité rurale incluant les aspects équipements vélos, mais aussi les voies vertes et la signalétique permet de rendre l’approche cohérente.
Il faut y croire, et observer ce qui se passe ailleurs.

5. Et ensuite, quels sont vos projets pour 2021 ?
Concrétiser le vélo électrique en libre-service.
Entretenir, améliorer et agrandir le réseau de voies vertes et circuits vélos en travaillant les connexions avec les collectivités limitrophes (comme l’agglomération de la région de Compiègne)
Sécuriser les liaisons des modes actifs avec les gares, et réfléchir en amont sur la mise en place d’un futur réseau de transport pour favoriser l’intermodalité.

Nous remercions Marie-Chloé STRECKER qui est chargée de mission Mobilités au sein de la communauté de communes depuis 2019 qui nous a permis de réaliser cette interview à distance.

Cet article est paru dans notre bulletin no 20