Accueil > L’Association au5v > Les Antennes Locales > Senlis à vélo

Mise en 2x2 voies de la RD 1330 : l’AU5V s’exprime

publié le : 19 octobre.

Nous avons rencontré, le 6 octobre dernier à Chamant, le Commissaire-enquêteur chargée de l’enquête publique sur le projet de mise en 2 x 2 voies de la RD 1330 entre le carrefour de la Faisanderie et le péage de l’autoroute A1.

Nous lui avons remis le courrier dont vous trouverez copie ici.

En quelques lignes :

Nous demandons le sursis à exécution de la déclaration d’utilité publique de l’aménagement de la D 1330 :

  • Parce que l’étude aurait dû prendre en compte l’ensemble des impacts des aménagements, même échelonnés dans le temps, sur la totalité du tronçon entre Creil et Senlis ;
  • Parce que le maintien de la continuité inter-forestière Chantilly-Halatte, d’importance nationale, implique la réalisation d’au moins 3 écoponts en passage supérieur entre Senlis et Creil quand il n’en est prévu qu’un seul. C’est notoirement insuffisant pour garantir la libre circulation de la faune sauvage ;
  • Parce que cet aménagement et sa maigre compensation (1 seul écopont) va à l’encontre de l’objectif de la charte du Parc Naturel Oise Pays de France en cours d’approbation, qui est la préservation voire la valorisation des corridors écologiques et qu’il est, en outre, une atteinte au classement au titre de la loi de 1930 des forêts et bois concernés.
  • Parce que le projet ne prend pas en compte le Schéma Départemental des Circulations Douces adopté par le Département de l’Oise en 2010, schéma prévoyant notamment la nécessité de réaliser en priorité 1 une liaison entre Senlis et Creil, de même que la liaison Trans’Oise Verberie - Senlis – Ermenonville.
  • Parce que le projet ne prend pas en compte le Schéma des Circulations du Pays du Sud de l’Oise, validé en 2011, schéma prévoyant les liaisons cyclables Creil - Senlis et Chantilly - Apremont – base aérienne de Creil.

La raison demande un complément d’étude d’impact.

Notre association tient à rappeler que la prise en compte des cyclistes dans les aménagements routiers s’intègre dans une politique plus globale du vélo, qui vise à reconnaître ce mode de déplacement comme une alternative économique et écologique aux déplacements automobiles et adapté à la lutte contre l’exclusion sociale et spatiale.

Plus en détails, nos demandes concernant les aménagements cyclables

Notre association demande donc que le projet prenne en compte la nécessité de prévoir des itinéraires sécurisés pour les déplacements à vélo pour 4 liaisons :

1. Entre Senlis - Chamant
Concernant l’échangeur avec la RD932a, nous demandons que le positionnement du Trottoir de Service et de la piste bidirectionnelle soit inversé : trottoir de service côté Sud et piste bidirectionnelle côté Nord, ceci afin d’éviter une double traversée des cyclistes entre Senlis et Chamant.
En effet la Trans’Oise, l’Avenue Verte London – Paris, la future Eurovélo-route n°3 et la liaison Senlis – Chamant (déplacement utilitaires + liaison avec la boucle PNR de la forêt d’Halatte) rejoignent (ou rejoindront) la RD1017 par la rue du Moulin St-Rieul (côté Senlis) et l’avenue du Maréchal Foch côté Chamant.
De plus, la traversée des 2 rond-points prévus au projet doit comporter un itinéraire sécurisé pour les cyclistes, leur évitant de s’engager au milieu des véhicules motorisés. La circulation des cyclistes sur les ronds-points présente en effet un risque très élevé d’accidents. Les voies cyclables empruntant l’itinéraire Senlis - Chamant sont en effet susceptibles d’accueillir des cyclistes de tous âges et de toutes catégories.
Pour rappel, les véloroutes en question doivent se conformer au Cahier des charges du Schéma National Véloroutes et Voies Vertes. Celui-ci précise que les véloroutes pourront emprunter des routes secondaires à circulation modérée (maximum 1000 véhicules/jour). Il y est également précisé que les cyclistes doivent bénéficier d’un très haut niveau de sécurité, en particulier vis-à-vis des véhicules à moteur.
Une piste cyclable contournant ces ronds-points côté Nord est donc impérative.

2. Entre Senlis, la base aérienne 110 et Creil :
Cette liaison a été inscrite en priorité 1 au schéma départemental des circulations douces, ainsi qu’au schéma de circulation douce du Pays du Sud de l’Oise.
Une demande récurrente existe de la part de nombreux salariés travaillant sur cette base aérienne, et habitant Senlis ou les communes proches,
La fluidification espérée du trafic automobile sur cette D 1330 va inévitablement conduire à une plus forte incitation à emprunter cet axe entre le Sud de l’Oise et l’A1 vers l’Île de France, et donc à une augmentation progressive du trafic, rendant de plus en plus dangereuse la circulation des cyclistes sur cet route départementale, la seule permettant d’accéder à la base aérienne 110 depuis Senlis.
Une liaison cyclable la plus directe possible entre Senlis et Creil est une nécessité incontournable.

3. Entre Senlis, la forêt d’Halatte et Fleurines :
La route du Tombray est actuellement la seule possibilité pour les randonneurs pédestres et cyclistes (valides ou non-valides...) de rejoindre le massif de la forêt d’Halatte et Fleurines depuis Senlis sur une voie sans circulation motorisée,
Le passage souterrain actuel doit donc être aménagé de façon à permettre le passage des cyclistes, sportifs ou non, dans de bonnes conditions. Afin de rendre ce passage accessible aux PMR, une pente maximale de 5% est nécessaire.

4. Entre Chantilly , Apremont et la base aérienne 110 de Creil :
L’écopont qui sera situé le plus près de la base aérienne devra être d’une largeur suffisante (40m environ) pour permettre un accès cyclable avec un accès par la D606.
A défaut, une passerelle piétons / vélos doit être aménagée dans le prolongement de la D 606.