Accueil > Les projets régionaux et locaux

Voies vertes dans l’Oise et Trans’Oise : ça repart

publié le : 23 août.

Le projet de voie verte Trans’Oise qui doit relier les principales villes de l’Oise redémarre.

Nous nous désolions en 2015 de la mise en sommeil du projet Trans’Oise.
Pour rappel, ce projet de réseau de 240 km de voies vertes, initié en 2005, devait relier les principales villes de l’Oise entre elles à l’échéance 2016.

A mi 2017, nous constatons, à notre grande satisfaction, que certains tronçons de ce projet sont en cours d’achèvement et que d’autres sont relancés.
Voici un petit point de situation.

Des investissements inscrits « Trans’Oise » au budget du département

Tout d’abord, après deux années « blanches », on retrouve des investissements « Trans’Oise » inscrits au budget du département pour 2017 :

  • 400 000 € pour la liaison Moru - Etangs de Pontpoint (1.7km sur l’itinéraire EV3),
  • 900 000€ pour Rainvillers - Auneuil (6 km)
  • 500 000 € pour la Voie Verte de la Communauté de Communes du Pays de Valois.

Inauguration de la Voie Verte du Valois


Après 1 an et demi de travaux, une décennie de tergiversations de la Communauté de Communes du Pays du Valois (dixit le Parisien du 29/8/2016), la voie verte du Valois sera inaugurée ce 30 septembre 2017. Ce délaissé ferroviaire de 21 km entre Mareuil-sur-Ourcq et Ormoy-Villers offre un paysage magnifique. Nous avions prévu d’y organiser à Betz la Fête des Voies Vertes de l’Oise 2017 avec le CAPVVO, avant que la CCPV ne décide en début d’année, après plusieurs réunions préparatoires de ne plus accueillir cet évènement. A notre grand regret, cette décision a pour conséquence l’absence de Fête des Voies Vertes du CAPVVO dans l’Oise pour 2017, tout du moins sous sa forme "traditionnelle".

Une voie verte entre Senlis et Chantilly

Selon Oise-Hebdo (mi juillet 2017), près de 800 000 € ont été ajoutés au budget du département pour lancer le chantier de la voie verte entre Chamant - Senlis et Chantilly. « Les travaux d’un montant avoisinant les 1.2 Millions d’Euros ont été validés par le département » témoignait Jérome Bascher, vice président du département et président de la Communauté de Communes Coeur Sud Oise dans Oise-Hebdo du 7 juin dernier. Les travaux commenceraient l’année prochaine. (Voir aussi l’article du Parisien de 2005)

L’entretien en question

Dans le Noyonnais, des usagers protestaient l’année dernière contre l’entretien de la Trans’Oise envahie par les hautes herbes selon le Courrier Picard.. C’est désormais résolu nous révèle Le Courrier Picard en juin, grâce à une convention entre la Communauté de communes du Pays Noyonnais et le Département.

La Trans’Oise mise en avant

Pendant cet été, le département fait même la promotion de la Trans’Oise sur son site internet et sur la chaine WEO de la région Hauts de France.

Des projets hors Trans’Oise

Cette année également, on saluera le lancement de l’étude et peut être des travaux de la voie verte entre Orry-La-Ville et Coye-La-Foret mais aussi l’ouverture de la piste cyclable entre Armancourt et Le Meux et la volonté de l’agglo de Compiègne « à terme, de relier entre elles toutes les communes de
l’agglomération par des pistes cyclables. »

Nous saluons l’ensemble de ces initiatives, et nous serons vigilants pour que la continuité des aménagements cyclables soit assurée.

Autre projet important : l’EV3 (EuroVélo-route n°3)

L’EV3 traversera l’Europe de Trondheim (Norvège) à St-Jacques-de-Compostelle (Espagne), en passant par Noyon, Compiègne et Senlis.

Plusieurs fois repoussée pour des raisons budgétaires, techniques ou politiques, l’ouverture de cet itinéraire est désormais programmée pour 2018, c’est demain.

Si l’AU5V, l’AF3V, et l’ensemble des associations d’usagers soutenant ce projet, se réjouissent de cette ouverture prochaine, nous continuons d’espérer qu’une réelle discussion se mette en place entre Maîtres d’Ouvrage et Maîtres d’Usage (Département, Communautés de Communes d’une part, et associations d’usagers, qui ont porté le projet d’autre part), afin que le choix du parcours –pour le moins– et des aménagements de sécurisation soient le fruit d’une concertation, d’un échange constructif, que nous appelons de nos voeux...
Nous craignons en effet, à ce stade, que le cahier des charges du Schéma National VVV ne soit pas respecté, avec notamment un passage sur une route présentant de fortes déclivités (environ 15% au lieu de "environ 3%" maximum) alors que d’autres options de tracés avaient été retenues au Schéma Régional VVV et au Schéma Départemental des Circulations Douces. A ce propos, voir notre courrier d’avril dernier pour lequel le département nous a répondu que ce tracé (avec la côte à 15%) est le tracé retenu et validé.

Nous ne désespérerons jamais que le bon sens puisse finir par l’emporter.

P.-S.

Pour plus d’information sur le diagnostic effectué sur les VVV de Picardie, et particulièrement sur la question du choix du tracé et de la pente maximale admissible, voir les pages 10 à 16 de ce document .

documents joints