Elections Municipales à Gouvieux : mobilités et vélos

, par  Thierry

A l’occasion des élections municipales 2020, l’AU5V a adressé à l’ensemble des candidats identifiés à Gouvieux un argumentaire-questionnaire concernant le vélo et la mobilité.

Voir l’argumentaire-questionnaire envoyé aux candidats

Nous avons rencontrés 3 candidats avec des adhérents et nous vous livrons ici un compte rendu de nos échanges pour vous guider, par ordre alphabétique.

Ensemble pour Gouvieux

  • « Ensemble pour Gouvieux » liste de Sylvain Duyck

Catherine Mathon fait partie de la liste « Ensemble pour Gouvieux » menée par Sylvain Duyck.
Mme Mathon souhaite s’appuyer sur l’expertise de l’AU5V et travailler dans un mode collaboratif car c’est une recette qui fonctionne.
Elle souhaite former les enfants à partir du collège et de la primaire, en s’appuyant sur les associations. Il s’agit de former à la pratique du vélo en primaire, puis au collège de faire effectuer aux enfants des parcours sur les infrastructures sécurisées en ville. Les enfants formés pourraient ainsi aller à l’école et à leurs activités par eux-mêmes, et chaque aller-retour éviterait ainsi 4 trajets en voiture par les parents. Ce type de formation pourrait aussi être proposé aux adultes qui en auraient besoin.
Mme Mathon note qu’il n’y a pas de pistes cyclables dans Gouvieux et que les arceaux vélo actuels sont souvent mal placés. Elle souhaite avoir des arceaux vélo au centre-ville et près des arrêts de bus et de la future navette. L’idée est de faire des stationnements sécurisés afin que le risque de vol ne soit pas un frein à la pratique du vélo. L’idée est aussi que les cyclistes puissent se rendre à vélo à un arrêt de la navette pour continuer avec la navette. En effet, 54% de la population ayant plus de 57 ans la navette peut leur offrir une solution adaptée.
Elle souhaite limiter la vitesse en centre-ville (c’est-à-dire de la zone allant du monument aux morts à l’église et au pied de la côte).
Sur la place de la Mairie, Mme Mathon souhaite faire que l’organisation d’événements soit l’occasion de fermer les rues à la circulation motorisée afin de favoriser la circulation des piétons et cyclistes.
Elle souhaite faire inscrire dans le PLU l’obligation d’avoir des locaux vélo accessibles et pratiques dans les immeubles neufs, car si l’accès au local vélo n’est pas facile les gens ne prennent pas leur vélo. Pour ce qui est des immeubles existants, il est possible d’utiliser les nombreux locaux inutilisés appartenant à la ville afin d’y réaliser des stationnements vélo.
Le chemin du Viaduc, qui va de la Renardière à Chantilly, sera converti en une voie de circulation douce. Il est actuellement en mauvais état. La moitié sera utilisée pour les voitures à sens unique, tandis que l’autre moitié sera pour les vélos à double sens.
Mme Mathon compte proposer une subvention à l’achat de vélos avec ou sans assistance électrique. Il s’agit de financer des vélos qui circulent.
Pour ce qui est de la gare, Mme Mathon note que la commune a peu d’influence sur ce que fait la SNCF mais elle souhaite prioriser le stationnement vélo sur les terrains de la commune qui seront utilisés pour réaliser des parkings près de la gare.
Afin de financer cela, Mme Mathon compte s’appuyer sur les financements de l’Etat, la Région, le Département et l’Europe. Elle pense que le vélo nécessite un réel engagement politique.

Heureux à Gouvieux

  • Liste "Heureux à Gouvieux" Patrice Marchand, maire sortant

M. Marchand nous déclare ne pas souhaiter baser l’entretien sur le document de l’AU5V contenant nos 24 propositions.
M. Marchand nous dit qu’il a besoin d’informations provenant du terrain car souvent les besoins pour le vélo tiennent à des choses ponctuelles. Il a lancé à ce titre un « appel d’offres » auprès du RCM de Gouvieux (marcheurs).
Il déclare emmener sa petite-fille à vélo à Chantilly via la RD909 puis vers les étangs de Commelles.
Il dit travailler avec le syndicat de la Nonette (et l’AU5V comme partenaire) sur un chemin de promenade à vocation paysagère le long de la Nonette. Concernant le revêtement, ce sera du « stabilisé » et il demande à son chef de mission de s’assurer que le revêtement soit bombé ou penché afin de permettre l’écoulement de l’eau qui n’est pas assuré actuellement sur ce type de réalisation (le chemin de la route de Boran).
Il indique travailler sur la liaison Paris-Londres et une piste cyclable rue Corbier Thiébaut. Pour cela, la rue Thiers serait passée en zone 30 avec double-sens cyclable puis la piste emprunterait le trottoir de la rue Corbier Thiébaut et enfin le trottoir de la rue de la Treille.
Il souhaite agrandir la zone 30 en prenant garde que la circulation soit réellement apaisée. Le marquage des double-sens cyclables ne lui semble pas nécessaire, pour lui « il faut que les gens sachent qu’ils peuvent remonter la rue ».
M. Marchand indique qu’il a réalisé il y a 20 ans la piste qui longe le chemin des Aigles. Pour cela, il a passé la rue à sens unique alors qu’il s’agissait d’un double-sens.
M. Marchand déclare que les marquages au sol (NDLR : pictogrammes vélo réalisés suite à la demande l’AU5V de prévoir un cheminement cyclable sur une partie de la RD909 et de la RD162) ont coûté cher. Nous demandons quel coût cela a représenté et quel est le budget qui a été alloué à la voiture sur le mandat, mais nous n’obtenons pas de réponse.

Gouvieux avec vous

  • Manoelle Martin, liste "Gouvieux avec vous"

Mme Martin nous dit que le vélo lui tient à cœur : elle en faisait à titre de loisirs et maintenant elle se déplace à vélo et y prend plaisir. Elle trouve qu’à Gouvieux il y a des endroits dangereux et en cite plusieurs.
Elle pense qu’il y a des actions fortes à mener dans la commune pour le vélo et que du retard a été pris. Pour elle, les Godviciens pensent naturellement au vélo pour le loisir et il faut leur permettre d’y penser à titre utilitaire.
Elle souhaite aménager des voies vélo/piétons en mixité rue de Boran et rue de Lamorlaye. Cela réduira la largeur de la chaussée, ce qui contribuera à la baisse des vitesses motorisées car une chaussée large encourage des vitesses élevées.
Elle souhaite passer des rues en zone 30 et ajouter des accroches sécurisées pour les vélos.
Mme Martin propose de récupérer le local SNCF situé en bordure de la gare de Chantilly-Gouvieux, rue Victor Hugo, pour en faire un atelier de réparation vélo. Des accroches vélo seraient installées autour, en faisant de facto un stationnement vélo sécurisé grâce à la présence de l’atelier.
Elle souhaite revoir le plan de circulation en centre-ville pour penser un circuit voiture dans lequel serait intégré dès la conception le vélo.
Elle est favorable à la fermeture de la circulation aux abords des écoles aux heures d’entrée et sortie, et pour gérer les oppositions elle propose de commencer par mener des expérimentations.
Elle souhaite mettre la police municipale à vélo, afin que les agents soient plus visibles au lieu d’être enfermés dans leur bulle dans une voiture banalisée comme c’est le cas actuellement.